Lecture cycle III
Lecture cycle III
L'enfant d'éléphant 02 R. Kipling


Tanguy Michel Del Castillo
Rencontre avec les animaux lecture cycle III
Toufdepoil C. Gutman
La conférence des animaux e. Kästner
L'enfant d'éléphant 01 R. Kipling
Saha la chatte Colette
Rencontre avec les animaux lecture cycle III
L'enfant d'éléphant 02 R. Kipling





Pour imprimer
le texte :

Attention


Mot de passe

S’inscrire

Contact

RETOUR

Mathématique

Histoire

Géographie

Anglais

Accueil

Français

Science

Lecture

Imagine-toi qu'au temps jadis, l'Éléphant n'avait pas de trompe. Il n'avait qu'un nez noiraud, courtaud, gros comme une botte, qu'il pouvait tortiller de droite et de gauche, mais pas ramasser des choses avec.

Or, il y avait un Éléphant — un Éléphant tout neuf — un Enfant d'Éléphant — plein d'une insatiable curiosité ; cela veut dire qu'il faisait toujours un tas de questions. Il demanda à sa grande tante l'Autruche pourquoi les plumes de sa queue poussaient comme ça ; et sa grande tante l'Autruche le cogna de sa dure, dure patte. Il demanda à son gros oncle l'Hippopotame pourquoi il avait les yeux rouges ; et son gros oncle l'Hippopotame le cogna de son gros, gros pied. Il demanda à sa maigre tante la Girafe pourquoi elle avait la peau tachetée, et sa maigre tante la Girafe le cogna de son dur, dur sabot ; et il demanda à son oncle poilu le Babouin pourquoi les melons avaient ce goût-là, et son oncle poilu le Babouin le cogna du revers de sa main poilue. Il posait des questions à propos de tout ce qu'il voyait, entendait, éprouvait, sentait et touchait.

Un beau matin, cet insatiable Enfant d'Éléphant fit une belle question qu'il n'avait jamais faite encore. Il demanda :

—        Qu'est-ce que le Crocodile mange pour dîner ?

Là-dessus, tout le monde lui dit : « Chut ! » à haute et terrible voix, et on se mit à le cogner sans perdre une minute ni s'arrêter pendant longtemps.

Un peu plus tard, quand ce fut fini, il tomba sur l'oiseau Kolokolo perché dans un buisson d'épines, et il dit :

—        Mon père m'a cogné et ma mère m'a cogné, tous mes oncles et tantes m'ont cogné de même pour mon insatiable curiosité, n'empêche que je veux savoir ce que le Crocodile a pour dîner ? Alors l'oiseau Kolokolo dit, avec un cri lamentable :

—        Va sur les rives du grand fleuve Limpopo. Il est comme de l'huile, gris-vert et tout bordé d'arbres à fièvre. Cherche là ! Dès le matin suivant, cet insatiable Enfant d'Éléphant prit cent livres de bananes (de la petite espèce courte et rouge), cent livres de canne à sucre (de la longue espèce violette) et dix-sept melons (de l'espèce verte craquelée), et dit à tous les siens :

—        Au revoir ; je vais au grand fleuve Limpopo qui est comme de l'huile, gris-vert et tout bordé d'arbres à fièvre, pour savoir ce que le Crocodile mange pour dîner.

Il arriva aux berges du grand fleuve Limpopo.

Or, il te faut savoir et comprendre bien que, jusqu'à cette semaine, ce jour, cette heure et cette minute-là, cet insatiable Enfant d'Éléphant n'avait jamais vu de Crocodile ni ne savait comment c'était fait. Tout ça, c'était son insatiable curiosité.

La première chose qu'il trouva fut un Serpent-Python-Bicolore-de-Rocher, enroulé autour d'un rocher.

—        Fait'xcuse, dit l'Enfant d'Éléphant avec la plus grande politesse ; mais auriez-vous vu rien qui ressemble à un Crocodile dans ces parages circonvoisins ?

—        Si j'ai vu un Crocodile ? s'écria le Serpent-Python-Bicolore-de-Rocher d'un ton de mépris écrasant. Qu'est-ce que vous allez me demander encore, après cela ?

—        Fait'xcuse, dit l'Enfant d'Éléphant, mais auriez-vous la bonté de me dire ce qu'il mange pour dîner ?

Là-dessus le Serpent-Python-Bicolore-de-Rocher se détortilla très vite du rocher et cogna l'Enfant d'Éléphant de son écailleuse et fouettante queue.

L'Enfant d'Éléphant prit congé avec la plus grande politesse du Serpent-Python-Bicolore-de-Rocher, après l'avoir aidé à se reboudiner autour de son rocher ; puis continua, un peu congestionné, mais pas étonné du tout, mangeant des melons dont il semait l'écorce, parce qu'il ne pouvait pas la ramasser, jusqu'à ce qu'il posât le pied sur ce qu'il prit pour une souche au bord même du grand fleuve Limpopo qui est comme de l'huile, gris-vert et tout bordé d'arbres à fièvre.

Mais c'était bel et bien le Crocodile, et le Crocodile cligna d'un œil - comme ceci !

—        Fait'xcuse, dit l'Enfant d'Éléphant avec la plus grande politesse, mais vous serait-il arrivé de voir un Crocodile dans ces parages ? Là-dessus, le Crocodile cligna de l'autre œil et souleva à demi sa queue hors de la vase.

—        Viens ça, petit, dit le Crocodile, car le Crocodile, c'est moi. Et il versa des larmes de Crocodile pour montrer qu'il disait vrai. Alors l'Enfant d'Éléphant en eut l'haleine coupée et, tout soufflant, s'agenouilla sur la berge et dit :

—        Vous êtes la personne même que je cherche depuis de si longs jours. Voudriez-vous, s'il vous plaît, me dire ce que vous mangez pour dîner ?

—        Viens ça, petit, dit le Crocodile, et je vais te le dire à l'oreille. Alors l'Enfant d'Éléphant approcha sa tête tout près de la gueule dentue et musquée du Crocodile, et le Crocodile le happa par son petit nez, lequel, jusqu'à cette semaine, ce jour, cette heure et cette minute-là, n'était pas plus grand qu'une botte.

— Je crois, dit le Crocodile — et il dit cela entre ses dents —, je crois qu'aujourd'hui je commencerai par de l'Enfant d'Éléphant. A ces mots, l'Enfant d'Éléphant se sentit fort ennuyé, et il dit, en parlant du nez comme ceci :

-           Laissez-boi aller ! Fous be faides bal !

Alors le Serpent-Python-Bicolore-de-Rocher descendit la berge dare-dare et dit :

—        Mon jeune ami, si vous ne tirez pas dès maintenant, sur-le-champ, aussi fort que vous pouvez, j'ai grand peur que ce vieil animal de cuir à grands carreaux vous précipite en ce courant limpide, en moins de temps qu'il n'en faut pour dire « Ouf ! ». Alors l'Enfant d'Éléphant s'assit sur ses petites hanches et tira, tira, tira encore, tant et si bien que son nez commença de s'allonger. Et le Crocodile s'aplatit dans l'eau qu'à grands coups de queue il fouettait comme de la crème, et lui aussi tira, tira, tira. Et le nez de l'Enfant d'Éléphant continuait à s'allonger ; et l'Enfant d'Éléphant se cala sur toutes ses quatre petites pattes et tira, tira, tira encore, et son nez continuait toujours à s'allonger ; et le Crocodile godilla de la queue comme d'un aviron, et lui aussi tira, tira, tira encore, et, à chaque effort, le nez de l'Enfant d'Éléphant s'allongeait de plus en plus — et cela lui faisait grand mal. Puis l'Enfant d'Éléphant sentit ses pieds glisser, et il dit, en parlant du nez, ce nez qui avait maintenant près de cinq pieds de long :

—        C'est drop. Je n'y diens blus !

Alors le Serpent-Python-Bicolore-de-Rocher descendit sur la berge et se noua en deux demi-clefs autour des jambes de derrière de l'Enfant d'Éléphant, et tira. (...)

Il tira, et l'Enfant d'Éléphant tira, et le Crocodile tira ; mais l'Enfant d'Éléphant et le Serpent-Python-Bicolore-de-Rocher tirèrent le plus fort ; et, à la fin, le Crocodile lâcha le nez de l'Enfant d'Éléphant avec un plop qu'on entendit du haut en bas du fleuve Limpopo.

Alors l'Enfant d'Éléphant s'assit raide et dur ; mais il commença par dire « Merci » au Serpent-Python-Bicolore-de-Rocher ; et fut gentil ensuite pour son pauvre nez qu'il enveloppa tout du long d'une compresse de feuilles de bananier fraîches et laissa pendre au frais dans le grand fleuve Limpopo qui est comme de l'huile et gris-vert.

—        Pourquoi faites-vous ça ? dit le Serpent-Python-Bicolore-de-Rocher.

—        Fait'xcuse, dit l'Enfant d'Éléphant, mais mon nez est vilainement déformé et j'attends qu'il reprenne sa forme.

—        Alors, tu attendras longtemps, dit le Serpent-Python-Bicolore-de-Rocher. Il y a des gens qui ne connaissent pas leur bonheur ............ (Lire la suite)


Rudyard Kiplin


  

L’Enfant d'Éléphant 01

L'enfant


d'éléphant


01

L'enfant d'éléphant 01

AUTRES TEXTES

Liens

Tanguy

SOMMAIRE

Toufdepoil

Conférence des animaux

L'enfant d'éléphant

Saha

Rencontre avec les animaux:

Lire la suite

CLIQUER

CLIQUER

Pour
Télécharger

les exercices :

Exercices

en ligne

Texte à trous




VRAI FAUX ?

?

1

2

3

Téléchargement