Lecture cycle III



Lecture cycle III
Simeon le papillon
Ourson a disparu
le dragon a sept tetes
Le soleil la lune et le vent
La chèvre de M Seguin


LE DRAGON À SEPT TÊTES


Cette histoire est arrivée il y a très longtemps, bien avant que Magellan ne découvre l'île Negros. A cette époque, les habitants de cette île vivaient de la pêche et coulaient des jours paisibles au milieu des
plantations de canne à sucre.
Mais un matin, un monstrueux dragon vert sombre apparut au sommet de la plus haute montagne.
Son corps trapu, long de plusieurs centaines de mètres, était surmonté de sept horribles têtes.
De ses naseaux s'échappaient des vapeurs brûlantes. Les sept énormes gueules vomissaient un
feu mortel détruisant tout sur son passage. Les habitants terrorisés apprirent que le dragon les
laisserait en paix pendant douze mois s'ils lui livraient une jolie jeune fille.
Celle qui fut choisie vivait avec ses parents, dans une maison de palmes tressées, non loin du
Lagon Bleu. Les Négritos, c'est ainsi que s'appelaient les habitants de cette île, vinrent la chercher.
Vêtue d'un pagne noir, elle partit vers la montagne et personne n'entendit plus jamais parler d'elle.
Le dragon l'avait certainement dévorée...
Le calme était revenu sur l'île. Mais lorsque l'année arriva à son terme, il n'y avait plus dans le royaume
une seule jolie jeune fille que l'on puisse à nouveau offrir au dragon. Tous les pères avaient défiguré
leurs filles.
Seule la fille du roi était encore d'une grande beauté car personne n'avait eu le courage de la défigurer.
Alors que de la vapeur et des flammes, chaque jour plus hautes, réapparaissaient au sommet de la
montagne, le roi réunit ses sujets :
 " Devrons-nous subir à nouveau la colère du dragon ?
- Il n'en est pas question, répliqua d'une voix claire un jeune homme vêtu comme un prince indien.
J'ai appris ce qui se passe dans votre royaume et j'ai traversé la mer pour vous venir en aide.
- Je te remercie au nom de mon peuple, répondit le roi. Tue ce dragon. Si tu y parviens, je te couvrirai
d'or. "
Ce jeune et bel étranger n'était autre que Laon, I'ami de tous les animaux. Il connaissait parfaitement leur
langage et était toujours à leurs côtés lorsqu'ils étaient menacés. En gravissant la montagne, il se
pencha vers une fourmi :
" Je suis Laon, ton ami. Va dire à ta reine de marcher avec toutes ses troupes vers le sommet de
cette montagne. "
Plus loin, une abeille était occupée à butiner une fleur d'hibiscus :
" Je suis Laon, ton ami. Vole auprès de ta reine. Qu'elle conduise toutes ses abeilles au sommet de cette
montagne. J'aurai besoin d'aide pour combattre le dragon. "
Enfin, Laon appela un aigle qui tournoyait dans le ciel :
" Demande à tous tes compagnons de se rassembler au sommet de cette montagne. J'aurai besoin d'aide
pour combattre le dragon. "
Venus des quatre coins de l'île, des fourmis, des abeilles et des aigles se dirigeaient maintenant vers
le sommet de la montagne. Les fourmis, cohortes noires, jaunes et rouges formées en rangs serrés,
avançaient aussi vite que possible. Les abeilles et les aigles filaient dans l'air.
Un aigle l'ayant invité à grimper sur son dos, Laon parvint rapidement au sommet de la montagne.
Il aperçut alors le corps immense du dragon, étendu de tout son long sur les rochers.
Le monstre fixa
Laon de ses terribles yeux verts, il gonfla ses quatorze joues, des flammes jaillirent...
Au même moment, l'immense armée des fourmis se lança à l'assaut du dragon. Elles se glissèrent sous
ses écailles et le mordirent avec leurs puissantes mandibules. D'innombrables essaims d'abeilles
attaquèrent alors le dragon. Avec leur dard, elles lui piquèrent les yeux jusqu'à ce qu'il devînt aveugle.
L'air sentait le soufre... La bête monstrueuse écumait. Elle lacérait le sol de ses griffes. Alors que son
immense corps se tordait sur les rochers, des aigles s'abattirent sur lui et lui arrachèrent les yeux.
 A l'aide de sa grande épée, Laon trancha les sept têtes du dragon et lorsqu'il eut coupé la dernière,
celui-ci s'effondra dans un grand fracas et ne bougea plus.
Les habitants de l'île accueillirent Laon avec tous les honneurs. La plus heureuse était la fille du roi
qui l'épousa peu de temps après. En souvenir de cette journée mémorable et du courageux jeune
homme vêtu comme un prince indien, cette montagne fut appelée Kan Laon. Nom qu'elle porte
encore aujourd'hui : le Kan Laon est un volcan !

Pour imprimer.
Télécharger
ce texte :

CLIQUER ICI

Attention


Mot de passe

S’inscrire

Nous écrire

RETOUR

Mathématique

Histoire

Géographie

Anglais

Accueil

Français

Science

Lecture

Exercices

en ligne

Texte à trous

1

2

3

Pour
Télécharger
les exercices :

CLIQUER ICI

Téléchargement