[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] []
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[Lecture cycle III]
[]
[]
[]
[Lecture cycle III]
[Simeon le papillon]
[Ourson a disparu]
[le dragon a sept tetes]
[Le soleil la lune et le vent]
[La chèvre de M Seguin]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[]

Pour
Télécharger
les exercices :

CLIQUER ICI

Exercices

en ligne

Texte à trous

Nous écrire

S’inscrire

Attention


Mot de passe

Pour imprimer.
Télécharger
ce texte :

CLIQUER ICI

SIMÉON LE PAPILLON

Il y avait dans un jardin, au milieu des lys odorants et des rosiers grimpants, une petite maison tapissée de pâquerettes où vivait un papillon du nom de Siméon.
Siméon aimait la compagnie des fleurs. Chaque matin, il s'envolait pour voir ses amies. Chez la première, il faisait un brin de toilette, avec la seconde, il prenait le thé. et sur la troisième, il se balançait. Et ainsi de suite...
Puis, quand le soleil se couchait, que les fleurs se refermaient, Siméon rentrait chez lui. Il se glissait délicatement, pour ne pas froisser ses ailes, sous une petite couette garnie de pétales de roses, et, très vite, s'y endormait jusqu'au lendemain.
Cependant, un matin, il retrouva ses protégées, mais aucune d'entre elles ne l'accueillit. Hélas ! mille fois hélas ! Tête baissée, les pétales négligés, les fleurs dormaient à poings fermés. Siméon eut beau voler de fleur en fleur, et les parer de fines gouttes de rosées le jour suivant fut comme le précédent.
- Allons, ne restez pas plantées comme ça! Réveillez-vous, mes belles! s'écria-t-il en secouant quelques tiges. En vain. Pas un lys, pas même une petite violette ne lui répondit.
- Pourquoi mes fleurs ont-elles si mauvaise mine ? se demandait-il en voyant leurs têtes fanées.
- Moi je sais, dit Belle la coccinelle qui passait par là. Cette nuit, elles sont allées au bal des tulipes, c'est pourquoi elles sont si fatiguées.
Les fleurs ne dansent pas, pensa notre papillon qui ne l'écouta pas davantage.
La coccinelle avait pourtant dit vrai. Quand minuit sonnait, les fleurs se réveillaient et se mettaient à danser en se balançant furieusement de tous côtes, tandis qu'un papillon de nuit qui jouait merveilleusement de la trompette, tourbillonnait autour de leurs têtes frémissantes.
Ce papillon trompettiste qui, vous l'avez compris, était un peu magicien, s'en fut un soir près de la mare ou se donnait un autre bal, celui des moustiques.
Ainsi, les fleurs du jardin retrouvèrent leur éclat et Siméon son sourire, les boutons d'or brillaient tant qu'ils pouvaient, les jacinthes faisaient tinter leurs clochettes et l'air embaumait d'un parfum délicieux.
- Regardez, chère coccinelle, comme mes amies sont belles aujourd'hui !
- Oh la la ! La tête me tourne ! répondit-elle. J'ai dansé toute la nuit au bal des moustiques. Il y avait un papillon qui jouait de la trompette, c'était formidable!
- Un papillon qui jouait de la trompette ? Quelle imagination, cette coccinelle !
Si cette histoire ne vous a pas assoupis, venez tous ce soir au grand bal des lucioles, près du bois. Mais n'en parlez pas à Siméon : la nuit, il dort, et de toutes les façons, il ne vous écoutera pas.