[creation site web] [logiciel creation site] [creation site internet] []
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[LECTURE CYCLE III]
[Invitation au voyage lecture]
[]

Les vacances d'Euphélia

Pour
Télécharger
les exercices :

CLIQUER ICI

Exercices

en ligne

Texte à trous

Pour imprimer.
Télécharger
ce texte :

CLIQUER ICI

Les vacances d’Euphémia


Tout avait commencé en Angleterre par un après-midi de mars, sous un ciel couleur de bave d'escargot.

Euphémia Hollins revenait du supermarché, chargée comme un mulet, des provisions de la semaine, lorsqu'une giboulée mal­veillante l'avait poussée à se réfugier dans la première boutique venue, l'agence de voyages «Tours & Tricks». Là, plutôt que de regarder bêtement tomber la pluie derrière la vitrine, Euphémia s'était tournée vers un présentoir bariolé, planté juste à côté de la porte et garni de brochures alléchantes :

Partir loin de tout ? La Floride est à vous !

Deux semaines sans pareilles sous le soleil de Plougastel !

Toute l’Europe en sept jours ! Perros-Guirec, son casino, sa plage !

Vacances folles au Tyrol !

Alors, sans réfléchir, elle avait commencé à feuilleter. Et tout un univers s'était déployé sous ses yeux, un monde fait de couchers de soleil sur la mer, de clairs de lune sur des temples en ruines, d'orangeades au bord de piscines...
Lorsqu'au dehors, sur la rue grise, l'averse avait tourné au crachin, Euphémia s'était saisie d'une poignée de brochures, elle les avait fourrées dans ses sacs entre bière brune et gelée de menthe et elle était rentrée chez elle avec son précieux butin.

Durant des semaines, du matin au soir, elle s'était plongée dans ses chères brochures sitôt qu'elle avait une minute. Sur son café matinal elle s'envolait pour les Bahamas, avec une escale aux Bermudes (trois étoiles en pension complète, boissons non comprises). Son oeuf dur du midi se changeait en Salade du chef nappée de sauce tahi­tienne sous le soleil de Miami. Et le soir, assise dans son lit, elle faisait la sourde oreille aux suppliques d'Al­bert qui la priait d'éteindre, pour s'offrir une dernière fugue du côté de la Costa del Sol. Le sommeil la surprenait dans un fauteuil de première classe, à bord d'un jet qui fendait la nuit en direction de Torremolinos.

Son entêtement avait fini par porter ses fruits. La famille Hollins avait pris à l'unanimité une décision exaltante : cet été, pour la première fois, ils n'iraient pas à Crabton-sur-Mer. Juillet serait le mois de la grande aventure : ils traverseraient la Manche et s'at­taqueraient au continent !

Bien plus : pour donner du piquant à l'aventure (et pour de petites raisons de budget), il ne serait pas question d'hôtel ! A quoi bon s'encombrer de réservations et d'heures de dîner ? Les Hollins camperaient où bon leur semblerait, en dignes explora­teurs de ce continent inconnu, l'Europe.


Willis Hall